DOLLAR

L'histoire de la marque Dollar, 

Louis Delachanal ( 1857-1920) entre encore jeune, chez les Ets Foucher, entreprise de mécanique de précision et de serrurerie créée en 1850. Il y épousera quelques années plus tard, Juliette, la fille de son employeur, d'où l'apparition sur les dépliants du patronyme Foucher et Delachanal lors de la création des cycles Omnium en 1890, installés 3 rue Taylor à Paris. Louis Delachanal en est le directeur technique. Parallèlement à cette nouvelle activité, l'entreprise est également le fournisseur du ministère des postes et télégraphes des boites aux lettres installées aux quatres coins de la France. Pour les collectionneurs, il y a quelques années on pouvait encore découvrir au détour d'un village ces solides boites en fonte devenues collector siglées Delachanal/Charenton. 

En ce début de siècle l'entreprise est prospère et aménage dans de nouveaux locaux au 5 avenue de la liberté à Charenton. A la veille de la grande guerre, seul apparait maintenant sur les prospectus le nom de Delachanal. L'intitulé en est "Manufacture Française des cycles Omnium". En complément de la fourniture de bicyclettes, on lit également celles de tricycles porteurs  et de machines à coude Omnium. L'activité serrurerie perdure aussi avec la fabrication de cadenas, de serrures à gorges et de serrures de malle… etc...

Au décès de Louis Delachanal le 14 Novembre 1920, c'est l'une de ces deux filles, Jeanne, qui reprendra la direction des affaires. Mariée à un monsieur Firino, ils créaient peu de temps après la SAVAVA, qui deviendra le 22 juin 1921 la "Société anonyme des Ets Delachanal". Ici Commence l'aventure de ce qui fut l'une des grandes marques des années 20/30. 

Le projet de moto est dans les cartons et au salon de d'octobre 1923 apparait la première moto, une 125 cm3 … du nom de DOLLAR! La mode est au consonances anglophones ( déjà du "marketing"), l'aide de nos amis d'outre atlantique lors du conflit passé, la bonne presse et la réputation de robustesse des Harley ou Indian restées sur le continent n'y étant pas étranger. D'ailleurs bien des marques françaises adopteront cette stratégie: Stylson, Rhonyx, New Map, Carlton...

Cette 125cm3, comparativement aux moteurs 2 temps souffreteux de la concurrence, est équipée d'un robuste et performant  4 temps Moser, de construction Suisse; celui-ci est produit sous licence à Pontarlier. 

Pour le salon de 1924, outre la 125 proposées en deux versions "tourisme" et "sport", apparait une 175 toujours à moteur Moser ! 

En l'absence de salon en 25, le catalogue de 26 s'étoffe avec pas moins de 14 modèles, tous avec les Moser, allant des 125 au 250 type ESC Grand Sport, Egalement proposée une moto tandem en 250cm3 et 300cm3 type FMT, et un tricycle 250cm3 d'une charge utile de 150kg. 

Autre aspect que les dirigeants ont bien intégré, c'est la publicité. Ils soulignent dans leurs prospectus ou catalogues les courses dans lesquelles les coureurs, Clech, Druz, Lambert, Lacombe, pour ne citer que les plus connus, glanèrent de nombreux succés sur Dollar. La marque édite même un journal appelé " La moto Dollar" organe périodique des établissements SAVAVA Delachanal. Celui-ci fera l'objet de trois numéros en 1926, et semble s'arrêter en 1927...

En 1927, la gamme de 26 est reconduite, seule nouveauté une 350cm3 moteur Moser type HS et HSC Super Sport Confort. Celle-ci fera l'objet d'un essai dans Moto Revue. Autre élément au catalogue un side Dollar. En effets à cette époque où la voiture est encore peu accessible au plus grand nombre, c'est un moyen de transport économique . En 1925 circule en France 25273 Side-cars contre 117389 Motocyclettes soit presque 22% du parc et dans le département de la Seine ce chiffre atteint 41% !!!

En cette fin d'année au salon d'octobre un grand changement va intervenir: sur son stand la marque Dollar propose des modèles équipés du nouveau moteur "Chaise" à arbre à came en tête. Ceux-ci sont l'émanation de Maurice Chaise, motoriste, ancien chef de fabrication chez Gnome et Rhône. Dollar en précurseur, sera le premier constructeur à monter en série ce type de moteur révolutionnaire pour l'époque. 

L'année d'après ils seront une trentaine de marques à emboiter le pas en proposant ce type d'architecture. 

Entre-temps, en ce printemps 28, la marque aménage dans sa nouvelle usine au 19 quai de la Marne à Joinville le pont. Equipé d'un outillage moderne, elle doit répondre à la demande grandissante des ventes de motos. Nous retrouvons donc les 350 et 500 ACT Chaise de type K et L au catalogue 28, ainsi qu'une 175cm3 deux temps le type I de moteur Chaise. Subsiste la 175 DCS et 250 ESC à moteur Moser. 

Au salon de 1928 de la gamme à moteur Moser seul reste la 175 DSC. Deux modèles font leur apparition, le type N 250 cm3 et O 350cm3 à moteur JAP latéral, et les types K et L à réservoir entre-tubes sont doublés par ceux à réservoir en selle, les types KSS et LSS. 

En janvier 1929  sur un dépliant tarifaire voit le jour du type P. Il s'agit du nouveau 250 culbuté bientôt suivi du 350 qui fera par la suite le grand succès de la marque. 1929 est aussi l'apparition du fameux "châssis-poutre" en acier matricé qui équipera bientôt toutes les motos. C'est aussi l'arrivée de Géo Ham le célèbre dessinateur qui va œuvrer coté catalogue et autres publicités pour Dollar. 

Rien n'est trop beau en ces années fastes. Au salon de la même année la gamme s'est une nouvelle fois agrandie avec les types 250 P2, 350 R2, et R3 et les 500 Chaise toujours culbutés type S et S2. A la 350 type O équipée du JAP latéral vient s'adjoindre les type U et V à JAP culbutés. Les célèbres Majestic qui avaient fait sensation au salon précédent sont maintenant dans le giron de Dollar après le rachat de la licence à son créateur Mr Georges ROY. 

Chez Dollar c'est aussi l'établissement du crédit en 10 fois sans frais ! 

L'année 1930 sera marquée par plusieurs évènement . En effet il semblerait que l'OMI (Omnium métallurgique et industriel) création de monsieur Bajard qui vient de racheter l'affaire de Maurice Chaise, ait absorbé la marque DOLLAR du fait de son endettement auprès de son motoriste attitré.

Mais restons au salon de 1930 où brillent les belles de Joinville.  Coté motorisation on peut voir une 500 équipée d'un quatre cylindre en V refroidissement par turbine. Celle-ci ne sera jamais commercialisée mais c'est un bon coup  de publicité. De nouveaux modèles viennent s'ajouter; Il s'agit de type Y et X, équipés respectivement de 350 et 500 MAG culbutés. Excepté leurs motorisation ce sont les même motos que les types U et V moteur JAP. Puis la 350 R4 richement chromée avec peinture émaillée transparente, bleue, rouge, vert, beige, havane, marbrée, tableau de bord Vaucanson avec éclairage, montre, compteur OS ou Jaeger, elle vaut "un bras" dirions nous aujourd'hui. Et si il fallait corser l'addition vous aviez en option la transmission par cardan et la suspension arrière! Il faut dire que la liste des options est longue chez DOLLAR et vous pouviez personnaliser à souhait votre monture. 

Comme écrit précédemment la prise en main par L'OMI est effective en cette année 31 et bientôt la production déménagera au 34 rue Auguste Lançon, Paris. Finie la belle usine de Joinville ! La gamme est encore pléthorique et vient s'adjoindre maintenant deux BMA. Le paterne du nom revient à la marque DOLLAR, avant Motobécane… Ces BMA, suivant la réglementation, pour pouvoir être conduites sans permis doivent peser pas plus de 30kg et ne pas dépasser 30Km/h. C'est aussi l'année où le cadre devient tout matricé, avant/arrière jusqu'à la béquille elle-même, et des silencieux en queue de poisson siglé DOLLAR.  

En l'absence de salon d'automne 31, (la fameuse crise de 29 a traversé l'Atlantique) au salon de 1932 gros coup de publicité pour DOLLAR avec la présentation de la 750 V, modèle mythique de la marque, qui sera produite à une dizaine d'exemplaires. C'est aussi la 350 R2 type armée française, appellation  due au fait que la marque vient d'obtenir l'agrément de l'armée pour la fourniture de motos. Autre nouveauté, plutôt prototype jamais produit, la 125 B1 à cardan passant dans le tube inférieur du cadre et la nouvelle 250 type P4 qui vient de terminer avec Rasser 1ère Ex Aequo du tour de France. 

Voyons l'année 1933: apparition de la 500 S4, double tambour de frein arrière, tableau de bord avec montre et compteur, le haut de gamme après la disparition au catalogue des types à moteur JAP et MAG. C'est aussi les modèles dits "sport", en fait un beau ( ou des) coudes d'échappement en fonderie d'aluminium avec échappement relevé donnant une allure sportive… le moteur étant strictement de série sur toutes les cylindrées ! 

Pas de grands bouleversements pour 1934, si ce n'est, dans une conjoncture internationale difficile, une augmentation des tarifs (qui ira crescendo jusqu'à la veille du conflit) sur nombre de modèle. 

Chez DOLLAR les choses bougent peu en 1935 avec la nouvelle 250 P35... En fait nous sommes revenus à quelques chose près au premier cadre tubulaire des 250 type P de 28 ! Changement radical en Août de cette même année. Moto Revue publie un article de ce que sera la toute nouvelle 350 R 35 (qui deviendra R 36). Deux ou trois prototypes viennent, pour la mise au point de parcourir environ 20000 km chacun. Rien de commun avec les anciens blocs Chaise. Nouveau et magnifique moteur à cylindres inclinés qui sera également décliné en 500cc. Cela donnera en 350cc les versions standard et Normandie (petit clin d'œil au paquebot du même qui vient d'être mis à l'eau ) et pour les 500cc standard et Pulman, référence au train de Luxe. 

1936... Année des congés payés ( Merci à nos grand-parents ) … du front populaire… et chez DOLLAR la nouvelle 250 P36 à moteur Chaise incilné dans le cadre ( toujours l'ancien et bon culbuté). La 250 P35 en simple et double échappement et aussi en version sport avec des pots relevés, et bien sûr les toujours magnifiques R36 et S536. 

De 1937 à 1939, hormis l'adjonction d'une grande sœur à la 250 P36, j'ai nommé la 350 R9 la gamme se composera des 250 P35, 250 P36, 350 R9, 350 R36, et 500 S536

Au salon de 1956 par le rachat du patronyme DOLLAR, la marque FOLLIS présentera le bloc 350 Chaise de la R36 dans une partie cycle de FOLLIS, prototype qui ne sera jamais commercialisé, et sur leur catalogue un cyclo DOLLAR type C103 et une 125 TYPE … à  moteur YDRAL. 

 

1997, l'amicale Dollar voit le jour sous la présidence de Mr JM MADRANGES. Véritables passionnés ils ont permis à DOLLAR d'exister pendant toutes ces années. Ils proposent  également de la refabrication sur leur site www.amicaledollar.com. 

 

2007, Le projet One Dollar to Bonneville permet de faire parler de l'indien à nouveau. 

 

2018, l'idée DOLLAR Motorcycle voit le jour. Le projet tournant autour de la marque Dollar prévoit la création d'une nouvelle moto … 

 

l'histoire continue ...

Sign up. Stay stylish

© 2019, tout droits déposés 1923 Motorcycles.

Dollar est une marque déposée. 

  • Facebook Social Icône
  • Instagram